Art de vivre

Et si bonheur et excellence allaient de pair

Une personne heureuse est-elle plus performante ? Le propulseur de potentiel, Luc Doyon , croit que oui. Voici sa formule :

Excellence = P + É3

Pour atteindre l’Excellence, il est nécessaire d’être Performant et Équilibré à trois niveaux : affectif, corporel et intellectuel.
La performance est un défi dans un monde où le multitâche est répandu (mais moins efficace que l’unitâche) et que les distractions des courriels incessants et du téléphone empêchent de maintenir notre concentration plus de quelques minutes à la fois. Il s’avère donc important de bien utiliser les quelque trois heures discrétionnaires que nous avons par jour environ en listant nos priorités et en limitant toute distraction durant une période prédéfinie de 30 à 90 minutes suivant laquelle nous pouvons émerger quelque temps avant de replonger dans une autre période productive.

 

L’équilibre au niveau affectif a été prouvé par la sociologue Susan Spinker, dans son livre « The Village Effect » , comme étant le facteur le plus important de longévité, loin devant le sport et l’alimentation. Il y a deux façons de combler le niveau affectif, soit d’entretenir quelques relations très proches avec des personnes qui peuvent nous appuyer dans toute épreuve de la vie et de multiplier les interactions sociales de tout ordre. Autant la famille que les amis, les collègues de bureau et nos connaissances ou même de parfaits inconnus à qui l’on parle de la pluie et du beau temps permettent d’atteindre cet équilibre affectif. L’humain est un être social après tout. Bref, avoir des gens pour nous appuyer et sortir de notre bulle mènent à l’excellence, car nul succès ne s’atteint seul.

 

L’aspect corporel se résume par : « un esprit sain dans un corps sain ». Une étude récente démontre que nous devons faire 60 minutes d’exercice chaque jour pour contrer les effets néfastes d’être cloué à une chaise durant 7 heures . Manger mieux et faire de l’activité physique sont énergisants et augmentent l’estime de soi en plus de réduire les risques de dépression. Toutefois, pour arriver à entrer le sport dans notre horaire chargé, il faut nécessairement réserver une période à cet effet, sinon, nous ne prendrons jamais le temps et cela demeurera du ‘wishful thinking’.

 

Au niveau intellectuel, se donner une direction et adhérer à ses choix sont des facteurs importants de motivation. Pour ce faire, il faut réfléchir sur notre mission. Notre carrière répond-elle aux valeurs et priorités auxquelles nous adhérons ? Plutôt que de parler de ce que nous faisons dans la vie, pourquoi ne pas plutôt expliquer pourquoi avoir choisi cette occupation ? L’autre facteur de notre équilibre intellectuel est la résistance au stress. Celui-ci peut être contré par 5 à 10 minutes de méditation par jour en respirant profondément et en cessant complètement de bouger pour plonger dans un souvenir plaisant, visualiser un endroit paradisiaque ou penser à nos passions. Enfin, pratiquons la pensée consciente pour vivre le moment présent plutôt que de tenter de tout contrôler et de toujours penser à autre chose.

 

Et voilà la fin du mythe du bourreau de travail. Soyons des performantes équilibrées et nous atteindrons l’excellence !

Que pensez-vous de ce plan?

Bonne rentrée à tous et à toutes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *